Skip to content

Happy Birthday S’Pore!

August 12, 2006

 

Singapour fêtait cette semaine les 41 ans de sa création. La petite Ville–Etat-Nation ressemble à un gros New-York, mâtiné de Disneyland Floride et d’Avenue Montaigne, coincée entre des quartiers populaires à sa périphérie, des infrastructures portuaires monumentales, des complexes industriels green et clean, des réseaux denses de routes et de réseaux télécoms à très haut débit. Curieux patchwork qui, 4 ans après mes premiers séjours a Singapour continue de me fasciner.

 

Voilà un pays sans ressources, sans compétence ou différentiation historiques telles que Pareto les définissait, qui a réussi là où des dizaines d’autres pays ont échoué. En quelques années Singapour, avec des hauts et des bas, des atermoiements et des revirements, a réussi a créer un système politique, économique, financier, social, culturel, scientifique et technique absolument exceptionnel.

 

A ce stade je reste encore pris entre deux feux. D’un coté, je dois avouer un profond respect pour l’énergie, l’intelligence, la détermination, la non démagogie, la clarté de la vision et la rigueur de l’exécutons dont ont fait et font encore preuve les dirigeants de ce pays. Singapour a déboulé en moins de 20 ans dans le top 10 des grands de ce monde. Place de marché incontournable, hub économique et logistique, capitale culturelle en devenir, puissance militaire que ses voisins ont appris a respecter (essentiel quand on regarde l’instabilité chronique aux alentour)… Singapore fascine.

 

De l’autre coté, Girondin par terroir et par conviction politique, élevé dans des régions plutôt connues pour leur radical socialisme et anticléricalisme goguenard mais pas vachard, je continue d’être empreint d’une solide dose de scepticisme, et ne peux m’empêcher de trouver surannées certaines règles imposées, désuet le respect à tout prix pour la hiérarchie (qui vire parfois à l’obéissance absolue) et, plus embêtant, le passé sulfureux de la relation que Singapour entretient avec la démocratie. Les réunions publiques restent sévèrement contrôlées et limitées, le multipartisme reste relatif, les syndicats contrôlés par le gouvernement et les coups de bâtons restent autorisés et pratiqués par les autorités.

Advertisements
No comments yet

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: